mar 192011
 

00.lc est un nouveau service gratuit pour raccourcir ses URL.

Permettez-moi de partager avec vous l’historique du projet 00.lc et ses tenants et aboutissements. Ainsi, si un jour je deviens le nouveau Bill Gates, le nouveau Bouddha ou le nouveau Maître du Monde, mes biographes auront un peu moins de travail. Mis à part mon égo démesuré, il s’agit surtout d’une anecdote intéressante à ressortir durant les cours d’informatique; car elle démontre comment Monsieur Toutlemonde (futur Maître du l’Univers) peut, à partir d’un fait divers, monter un projet Internet en quelques jours. En fait, cela jette un éclairage sur certains aspects méconnus d’Internet et de sa complexité.

Genèse

Je possède un compte Twitter depuis plusieurs années; mais je n’en suis un utilisateur assidu que depuis quelques mois. Le nombre de caractères étant limité à 140 dans les tweets, il est d’usage d’utiliser des URL shortners, soit des raccourcisseurs d’adresses, tels que bit.ly, sans doute le plus utilisé de nos jours.

Si le siège de bit.ly se trouve à New-York, il faut néanmoins savoir que les noms de domaines en .ly sont ceux de la Lybie. Or, depuis quelques temps (plus de 40 ans, en fait), la Lybie et en particulier son régime politique n’on pas très bonne réputation, sauf si on est dans l’industrie pétrolière.
Le fait d’utiliser bit.ly ne m’est jamais apparu comme étant un blanc seing moral personnel envers le régime lybien. Je m’en accommodais fort bien (comme de toutes mes petites trahisons morales). Mais cela a changé, suite à quelques événements:

1. La censure. Récemment, la Lybie a, sans avertissement, supprimé le nom de domaine vb.ly, car cet URL shortener était exploité par Violet Blue, écrivain et chroniqueuse « sexe ». La cause: « because the content of our website, in their opinion, fell outside of Libyan Islamic/Sharia Law. (ref: http://00.lc/phttp://00.lc/q et http://00.lc/r). Qu’on approuve ou pas Violet Blue, c’est purement et simplement de la censure. Cela fait surtout peser une menace sur tous les URL shortener en .ly. Or, ce qu’on attend justement d’un tel service, c’est de rester accessible. Je n’ai jamais utilisé vb.ly. Mais l’acte de censure arbitraire me dérange au plus haut point.

2. La morale. Je boycotte tous les produits en provenance de certains pays, par conviction politique. Je ne pouvais pas justifier cela si je continuais à utiliser bit.ly, surtout en regard des événements récents.

3. L’exemple. Les élèves ne sont pas dupes. Si vous arrivez en classe avec une URL en .ly, vous risquez fort de devoir expliquer pourquoi vous utilisez une adresse libyenne pour vos cours. Ce qu’ils savent de la Lybie, c’est ce qu’ils lisent ces derniers temps dans le 20 Minutes. Donc quitte à débattre sur ce point, au moins le faire sur des choses plus importantes que l’utilisation d’un .ly.

Un autre facteur est aussi entré en compte: bit.ly étant très populaire, les adresses deviennent de plus en plus longues. Actuellement, l’équivalent dehttp://00.lc/s sur bit.ly est http://bit.ly/gbMhic. Quand on est limité à 140 caractères, ça compte.

L’idée m’est donc venue de créer mon propre service de raccourcisseur d’adresses.

 

Un précédent historique

Avec quelques amis, nous avons monté et exploité pendant 10 ans une petite société d’hébergement de sites web. Celle-ci m’a permis de très bien connaître ce secteur d’activité, tant d’un point de vue structurel, politique, technique que financier.
Or, il y a quelques années de cela, un client, actif dans le domaine du graphisme, m’avait demandé de lui réserver et héberger le nom de domaine 08.gs. C’était bien avant que Gandi.net ne propose la réservation d’autres noms que les .com/net/org. Je devais donc me débrouiller pour: réserver le nom, le payer et surtout faire inscrire mes serveurs DNS auprès de nic.gs, le registre officiel des noms en .gs.

J’ai commencé par chercher à quel pays pouvait bien correspondre le .gs en regardant ici: http://www.norid.no/domenenavnbaser/domreg.html. Il s’agit de South Georgia and the South Sandwich Islands. A l’époque, Wikipedia n’existait que de façon anecdotique. J’ai donc saisi un atlas… au moins pour savoir où cela se trouvait: entre l’Afrique du Sud et l’Argentine (http://00.lc/t).
J’ai donc dû écrire un courrier (postal!) au registre, lui demandant la réservation du nom de domaine, le payer par mandat postal, réécrire un autre courrier (toujours postal) pour demander l’ajout des mes serveurs de domaine dans leur base. Bref… c’était l’époque des pionniers!

Cherchant à créer mon propre raccourcisseur d’adresses, je me suis souvenu de cette anecdote. Je me suis donc mis en quête d’une extension qui accepte les noms de domaines de deux chiffres ou lettres, qui ne soit pas trop onéreuse et qui représente un régime politique qui  soit stable et plus ou moins démocratique.
Il faut savoir que pour les .ch, les noms de domaine à deux caractères sont réservés à l’administration fédérale, au cantons et… à l’Expo02…

Gandi.net, avec qui je travaille depuis 11 ou 12 ans, permet maintenant de réserver des noms avec 90 extensions différentes. J’ai donc cherché avec 00, 01, 02, 03,…. Déjà, les .gs coûtent 30$/an, et le 00 n’était pas libre; contrairement au .lc, qui ne coûte que 20$/an.
Je me renseigne donc: .lc signifie Saint Lucia in the Eastern Caribbean. Sainte-Lucie est encore une île, mais des Caraïbes, cette fois (capitale: Castries), appartenant au Commenwealth, et dont les langues sont le français et l’anglais. Enfin, le gouvernement est démocratique. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte-Lucie). C’est tout bon! Et à défaut d’avoir les moyens de me payer une île dans les Caraïbes, ou même simplement des vacances, je posséderai une parcelle d’île virtuelle! Je réserve donc 00.lc… et doit me battre quelques jours pour réussir à faire enregistrer les serveurs DNS de mon hébergeur auprès du registre .lc.

 

Un peu de technique 

Je possède le nom de domaine adéquat. Je possède l’hébergement. Il reste à trouver comment faire un raccourcisseur d’URL. Je n’ai ni le temps ni les compétences pour en développer un à partir de zéro. J’ai donc fait ce que je fais le mieux: je pompe.

Je me suis mis en quête de scripts php/MySQL de raccourciseurs d’URL. J’en ai trouvé quelques uns. J’ai donc téléchargé et ai installé ces scripts sur mon site de test de scripts et autres trucs bizarres: geekguru.net. J’ai testé les scripts les plus prometteurs: http://www.geekguru.net/url1/http://www.geekguru.net/url2/http://www.geekguru.net/url3/http://www.geekguru.net/url4/, et suis arrivé à la conclusion que celui qui correspondait le plus à mes besoins (simplicité, ergonomie, flexibilité) était Yourls. C’est donc la solution que j’ai adoptée, d’autant plus qu’elle est opensource.
Cela m’a aussi permis de faire un petit clin d’oeil, puisque c’était aussi le script qu’avait adopté vb.ly, dont la censure est partiellement à l’origine de mon projet.

Me voici donc à installer Yourls sur 00.lc, à le modifier très légèrement d’un point de vue esthétique, mais surtout à ajouter une version française, avec une auto-détection de la langue du navigateur. La version française est indispensable si on veut utiliser 00.lc avec des élèves.

L’installation a été dès plus simples. La mise en place de la traduction a nécessité quelques bidouilles dans le cambouis, mais cela s’est fait sans difficultés. Il me reste surtout maintenant à mettre en place une interface un peu plus léchée; mais ce n’est pas une priorité.

Actuellement, 00.lc est utilisé par quelques collègues, dont le nombre grandit. Je surveille régulièrement les adresses générées et garantis un usage sûr pour les élèves et l’éducation.

Conclusion
Voilà comment s’est mis en place le projet 00.lc: un constat, une recherche de solutions alternatives, un choix de solution opensource et comme résultat un site gratuit et sans publicité, ouvert à tous.
{lang: 'fr'}